Notre histoire

L’approche commune de la mesure de l’impact travaille à une meilleure mesure de l’impact pour les organisations à vocation sociale.

En élaborant des normes flexibles et axées sur la communauté, notre objectif est de changer les fondements de la mesure d’impact, plutôt que de mettre l’accent sur les besoins de mesure d’impact des fondations, des subventionnaires et des investisseurs d’impact. Au lieu de cela, nous sommes engagés à centrer la mesure de l’impact sur les besoins des organismes de bienfaisance, des organismes sans but lucratif et des organismes à vocation sociale et à celles et ceux qu’ils servent. 

L’Approche commune est composée de quatre normes propulsées par la communauté : les pratiques essentielles, la norme commune des données d’impact, le cadre flexible< et le formulaire commun

Participez à la conversation

En 2015, le gouvernement de l’Ontario a mené une série de consultations qui ont abouti à la Stratégie d’entreprise sociale de l’Ontario. Par la suite, le groupe de travail sur la mesure de l’entreprise sociale s’est réuni pour détailler l’élaboration d’un plan de mesure de l’impact. Le groupe a recommandé une voie à suivre : l’approche commune de la mesure d’impact.

Le défi pour les organismes à vocation sociale

En raison de l’accent particulier qu’ils mettent sur la mission et l’incidence, les organismes à vocation sociale ont des besoins précis en matière d’information en ce qui concerne la mesure d’impact :

  • Pour affecter efficacement les ressources à la création de valeurs sociales; opération qui est au cœur de leur modèle d’affaires (et pas seulement un accessoire de celui-ci).
  • Pour réussir dans la quête quotidienne d’une mission sociale, ces organismes doivent continuellement improviser, expérimenter et innover pour rester pertinents face aux problèmes sociétaux qu’ils visent à résoudre.
  • Pour accroître la participation et la collaboration tant à l’externe qu’à l’interne, car ils travaillent avec différents intervenants et appliquent des principes de gouvernance inclusifs.
  • Pour saisir des données probantes sur les répercussions afin d’appuyer leurs activités de plaidoyer public et politique.

Ces attentes particulières peuvent ne pas être entièrement satisfaites par leur choix de méthodologies de mesure des incidences, en particulier lorsque celles-ci sont déterminées par des bailleurs de fonds externes. (crédit : Dr Hayley Beer)

Ce qui fait la différence de l’approche commune, c’est qu’il s’agit d’une norme flexible. La notion de « tout est possible » signifie qu’il n’y a pas de « bonne façon » d’identifier les indicateurs de mesure de l’impact. La norme permet de cartographier les données d’impact de manière à créer des ensembles d’impacts agrégés. Il est donc possible de communiquer avec une grande variété de collaborateurs, d’évaluer et d’améliorer l’impact. Une norme flexible soutient une communauté de pratique, ce qui signifie que les organisations à vocation sociale peuvent montrer la voie en matière de mesure de l’impact social.

L’approche commune considère trois éléments comme la clé de la mesure de l’impact social. Premièrement, une conclusion surprenante et récurrente des personnes qui étudient les normes est que la flexibilité est nécessaire pour permettre à une norme de survivre. Deuxièmement, les normes sont des communautés, et non des documents. Il s’agit de construire une action collective qui perçoit les avantages et apporte une harmonie à ce que nous faisons. Enfin, la troisième chose est de rendre possible son adoption. Rencontrer les gens où ils se trouvent – et renforcer la rigueur plus tard.

L’adoption doit être facile, mais la simplicité est difficile. Cela nécessite de rassembler les connaissances collectives et de créer un mouvement d’organisations à vocation sociale, de plateformes de données, de bailleurs de fonds et d’investisseurs, de formateurs et de consultants d’impact. Nous prenons un nouveau départ en nous appuyant sur le travail accompli depuis des décennies. L’approche commune est fondée sur la recherche et sur des données probantes. Toutefois, il s’agit également d’un effort communautaire visant à permettre l’élaboration d’une norme qui fonctionne pour les organisations à but social, leurs bailleurs de fonds et leurs investisseurs.

La théorie du changement propre à l’Approche commune est fondée sur la conviction que la mesure d’impact peut être améliorée en gagnant en pertinence eu égard des organismes à vocation sociale (OVS).

Nous pensons que pour résoudre ce problème, certains changements systémiques dans l’écosystème des organisations à vocation sociale sont nécessaires. En s’appuyant sur les travaux existants et en cours dans cet espace pour élaborer des normes qui équilibrent souplesse et uniformité, nous pensons que ce changement peut être réalisé.

Get email updates.

The Common Approach is community-driven! Get updates on standards and see upcoming events and webinars. 

Merci!

Inscrivez-vous à notre infolettre

L'Approche commune est propulsée par la communauté! Recevez des mises à jour et des invitations aux webinaires. 

Merci!